Bio

Bâtie selon une démarche sensible et sérielle, ma pratique artistique liée à la marche et au déplacement, s’efforce de saisir des sujets paysagers ou d’évènements naturels tout en interrogeant ma perception de ceux-ci. Cela se traduit par la réalisation de photographies, de vidéos, la création de graphies et de livres d’artiste.

Diplômée de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Marseille, je construis mon écriture plastique sur la question du point de vue autour des dialectiques apparition/ disparition, construction/déconstruction de l’image.

Dans ma relation au monde, j’explore les techniques photographiques et vidéos et choisis de mettre le paysage au cœur de mes préoccupations. La quête d’une appropriation du paysage habite ma recherche artistique. Cette appropriation se fait par l’image mais aussi et surtout par le mouvement du corps. Depuis, la notion du mouvement est comme un leitmotiv.

Mon travail traite du vide. Ce vide refléterait-il l’absence de l’être ou, au contraire, une présence en creux, un « potentiel », quelque chose qui attend d’être rempli, et par extension d’être réalisé ?

Proche de l’underground, je réalise en 1995 au Rolleiflex, une série photographique intitulée Lieux de fêtes. Cette série sera le début d’une recherche sur le lieu idéal. Partie à Berlin, je dérive dans la ville et dessine des lignes de mes marches, nommées“graphies du déplacement”. Bruxelles, Londres, Lisbonne, Barcelone, Rome suivront...

C’est lors d’un tour du monde en 2006, arpentant les plus grandes mégapoles, que j'initie le photophone. Au geste spontané suit des notes visuelles nourrissant mon blog.

"Adepte du Iphone, blogueuse, Karine Maussière revisite le genre du road-movie intimiste. Au gré de ses déambulations et voyages, elle multiplie les images qui sont autant de fragiles petits poèmes de l’errance, où l’enfance - celle de ses filles -, occupe une place centrale. Parallèlement, elle se consacre à des recherches plus formelles. A la montagne ou à la mer, elle élabore des polyptyques constitués de minuscules Polaroids." Yannick Vigouroux

Depuis plusieurs années, je cherche à dégager des caractéristiques d’un mouvement et à expliciter la ligne, le tracé, la trace, le geste. Cette recherche tend vers l'étude des paysages shanshui qui centrée sur le rapport montagnes et eaux, voit les montagnes et les mers comme des endroits sacrés. Les images réalisées, mettent en tension le geste photographique dans un déplacement. Ce geste photographique est mis en parallèle au geste du calligraphe (peinture de l’instantané) (geste graphique souffle/esprit), et souhaite révéler les traces d’un mouvement, d’un glissement.

Mes derniers travaux explorent la relation entre photographie et peinture, abstraction et figuration, traces de l’histoire et marques du présent dans le paysage contemporain.

En perpétuelle redéfinition ma recherche m’amène à privilégier le mouvement à la forme fixe, la texture de flux et de glissement à une identité posée. Je navigue entre les représentations picturales (Tiers Paysages, Le temps en friche, Le temps en ruines...) et narratives (Les saisons, Le partage des eaux).

Depuis plusieurs années, je suis mandatée par les Ateliers de l’image et le FRAC PACA sur des projets d’Education à l’image, privilégiant l’articulation entre le «voir» et le «faire» ; avec la galerie des Grands Bains Douches, je propose des explorations et balades urbaines, avec la participation active de la population, favorisant les échanges, la mixité sociale, les échanges intergénérationnels.

 

Adopting a sensitive and serial approach, my artistic practice, structured by walking and moving, strives to grasp landscape or natural events while at the same time questioning my perception of them. These preoccupations are embodied by photographs, videos, drawing, graphics and artist books.

A Fine Arts graduate, I devote myself to landscape photography and urban wastelands, these material spaces hosting imagination. I construct my artistic work on the dialectical issues around appearance/disappearance and construction/deconstruction of the image. The quest of landscapes' appropriation inhabits my artistic research. This appropriation is accomplished through photography but also and especially by physical movement. The notion of movement is like a leitmotif.

My work deals with vacuum. Does void reflect a lack of being or, conversely, a presence as if in recess, a "potential", something waiting to be filled, and by extension to be achieved?

Close to the music underground, in 1995 I produced a photographic series entitled Lieux de Fête. This series marked the beginning of a search for ideal place. I went to Berlin where I wandered/roamed the city and then drew the lines my walks took. I called this my "graphics of movement" ((ou “movement in writing” ?)). Then followed Brussels, London, Lisbon, Barcelona, Rome...

In 2006, I took a round-the-world trip, and walked in megacities. I initiated the smartphone pictures. After spontaneous gesture, visual notes follow to feed my blog.

Adept of the Iphone, blogger, Karine Maussière revisits the genre of the intimate road-movie. Through her deambulations and journeys, she multiplies images that are fragile little poems of wandering, where childhood - that of her daughters - occupies a central place. At the same time, she devotes herself to more formal research. In the mountains or in the sea, she develops polyptychs composed of tiny polaroids." Yannick Vigouroux

For several years, I have been attempting to identify the characteristics of a movement and to clairify the line, the route, the trace, the gesture. This exploration has led me to study Shanshui landscapes, which focus on the relationship between mountains and water and view mountains and seas as sacred places. The images created energize the photographic gesture through displacement. This photographic gesture is likened to the calligrapher’s gesture (snapshot painting) (breath/spirit as a graphic gesture), and desires revealing the traces of a movement, a sliding.

My latest works explore the relationship between photography and painting, abstraction and figuration, traces of history and marks of the present in the contemporary landscape.

Undergoing perpetual redefinition, my research leads me to prefer movement to the fixed form, the texture of flux and sliding to a posed identity. I navigate between pictorial representations (Tiers Paysages, Le temps en friche, Le temps en ruines...) and narratives (Les saisons, Le partage des eaux).

For several years now, I have been mandated by the Ateliers de l'image and the FRAC PACA on projects of Education à l'image (Critical approach to images), favouring the articulation between «see» and «do». With the Les Grands Bains Douches Gallery, I propose urban explorations and walks, with the active participation of the population, favoring exchanges, social diversity, intergenerational exchanges.

Thanks to Frances Dal Chele for the correction.

blog et contact :
http://kalucine.blogspot.com
kalucine@gmail.com / +33622932880